logo romeries

Histoire du village

Texte proposé amicalement par Mme Christine MILIMONO
Le nom de la commune

Plusieurs hypothèses ont été évoquées pour expliquer le nom de la commune. La plus vraisemblable est " le domaine de Hrotmar ", et remonterait aux invasions germaniques des Vème et VIème siècles. Les Francs occupent le " pays des Nerviens ". Romeries, appelé sans doute " Romerteria ", entre alors dans la Grande Histoire.

Au Moyen-Age

Au Moyen-Age, la communauté villagoise se structure en paroisse et en seigneurie, rattachée au Hainaut. Le seigneur habite dans un château-fort, situé à peu près à l'emplacement de l'actuel château, rebâti au XVIIIème siècle. La paroisse dépend de l'abbaye de Maroilles, fondée par St Humbert en 652. Au XIème siècle, l'évêque de Cambrai partage les revenus entre Maroilles et l'abbaye du Cateau, provoquant quelques tensions entre les deux communautés monastiques. En 1262, la paroisse de Vertain se sépare de celle de Romeries. L'église a été plusieurs fois rebâtie, et la construction actuelle date de 1869-1870.

Les Seigneurs de Romeries

Bien que les documents soient incomplets, nous connaissons quelques lignées de seigneurs de Romeries : la Maison de Romeries (XIIème-XIVème siècles), la Maison de Hertaing (Xvème siècle), la Maison de Bousies (XVème siècle) et surtout la Maison de Viesville (XVIème-XVIIIème siècles).
Les " cahiers d'imposition " nous renseignent sur " l'ost et la chevaucie ", c'est-à-dire les devoirs militaires des vassaux envers le seigneur, l'organisation de la paroisse, les monnaies, les poids et mesures, les conséquences économiques des guerres. Le seigneur prélève des taxes appelées " banalités " sur l'utilisation des moulins.

Les fléaux

Romeries subit comme toutes les communautés paysannes les fléaux du Moyen-Age et de l'Ancien Régime. Les guerres, les famines, les maladies, frappent les plus pauvres. Au XVIème siècle par exemple, une épidémie de peste ravage la région et les Guerres de Religion sèment la mort et la désolation.

A la Révolution Française

Lorsqu'éclate la Révolution Française, Romeries en connaît à son échelle tous les bouleversements. Elle envoie des députés au bailliage de Le Quesnoy pour les Etats-Généraux de mai 1789. Un maire et un conseil municipal administrent désormais la commune, où le seigneur a perdu ses privilèges. La paroisse est déchirée entre le prêtre " jureur ", qui a prêté serment à la Constitution Civile du Clergé, et le prêtre " réfractaire ", qui le refuse.

Les invasions étrangères

Située, comme toutes les communes du Nord, dans une " région-frontière ", largement ouverte aux invasions étrangères, Romeries est occupée d'août à décembre 1793 par les Autrichiens, qui la pillent et l'incendient. En 1815, les Russes viennent y camper après la défaite de Napoléon. En 1870-71, ce sont les Prussiens qui brûlent la mairie et les archives municipales dans la nuit du 18 au 19 octobre 1918. Romeries est libérée les 22 et 23 octobre par les Ecossais, dont les morts reposent dans le cimetière britannique. En 1940, elle se trouve dans la zone occupée par les Allemands.

Au XXèmesiécle

Située en région rurale, Romeries est néanmoins touchée par la Révolution Industrielle. Le chemin de fer y arrive en 1876 et le hameau de Vertigneul est l'un des premiers en France à être équipé de l'électricité en 1905. Au cours du XXème siècle, de 1905 à 1975, Romeries s'illustre par sa fabrique de chaises, vendues en particulier aux cafés. Des traditions subsistent. Romeries célèbre toujours le premier lundi suivant l'entrée en Carême la " Fête des Saurets " ou " des harengs saurs ", jetés du balcon de la Mairie. Au Moyen-Age, le hareng était un aliment riche et utile en période de disette. Le hameau de Vertigneul, fondé en 1230, et dont le nom signifie " le petit Vertain ", est réputé pour sa chapelle dédiée à Notre-Dame pour commémorer un miracle du XVIIème siècle. Des pèlerinages s'y déroulent toujours.

Haut de la page

Dernière mise à jour : 28 novembre 2016 -- conception et réalisation :Michel VERNET